Célocurine* - Suxaméthonium

- Curare dépolarisant ou leptocurare de durée d’action brève utilisé que pour ses propriétés myorésolutives car n'est ni narcotique ni analgésique.

- Dépourvu d’activité hypnotique : ne jamais utiliser sans sédation associée.

Pharmacocinétique :

- Demi-vie d'élimination plasmatique : 3 à 4  mn.

- Métabolisme plasmatique : hydrolyse par les pseudocholinestérases.

- Passe de la barrière foeto-placentaire (10%).

- Délai d'action par voie I.V. : 1 mn.

- Durée d'action : 5 à 10 mn.

Indications en SMUR :

- Intubation difficile.

- Intubation avec estomac plein mais danger des fasciculations : Selick.

Pharmacodynamie :

            Effet myorelaxant :

- Mode d’action :      - bloque la transmission neuro-musculaire en maintenant une dépolarisation permanente de la membrane postsynaptique en empêchant ainsi la formation de nouveaux potentiels d’action.

                                   - Maintient la dépolarisation de la plaque motrice et empêche le retour au potentiel de repos

                                   - Est détruit par les cholinestérases plus lentement que l’acétylcholine.

- Première phase de fasciculations en rapport avec la dépolarisation initiale de la plaque motrice.

- Seconde phase de paralysie musculaire flasque affectant tous les muscles striés d'action volontaire liée à l’inexcitabilité de la plaque motrice.

- Pas d’antagonisme par les anticholinestérasiques.

- Double progression de la curarisation en profondeur et en étendue avec dans l'ordre :

            - muscles extrinsèques de l'œil : diplopie ;

            - releveur de la paupière : ptosis ;

            - muscles masticateurs et de la face : chute de la mâchoire et de la langue;

            - muscles spinaux : chute de la tête ;

            - muscles des membres supérieurs ;

            - muscles des membres inférieurs ;

            - muscles abdominaux et périnéaux ;

            - 6 derniers muscles intercostaux ;

            - 6 premiers muscles intercostaux ;

            - diaphragme.

- Décurarisation en sens inverse.

- Progression en profondeur pour chaque groupe musculaire depuis une augmentation de la fatigabilité jusqu'à une paralysie complète.

            S.N.C.

- Ne franchit pas la barrière hémato-encéphalique : aucune action en particulier ni hypnotique ni analgésique.

            S.N.V.           

- Pas d’effet notable.

            Appareil respiratoire :

- Apnée brève.

- Abolition des réflexes laryngés et béance de la glotte.

- Effet histamino-libérateur : risque de bronchospasme chez allergique.

            Cardio-vasculaire :

- Augmentation du débit cardiaque lors des fasciculations.

- Bradycardie sinusale en l’absence d’atropine, hypotension et dépression myocardique.

- Troubles du rythme liés à l’hyperkaliémie possible.

            Œil :

- Augmentation de la tension intra-oculaire par dépolarisation et contraction des muscles extrinsèques.

- Pas d’action du la pupille.

            Divers :

- Hyperkaliémie.

- Elévation des CPK.

Présentation :

- Ampoule de 100 mg - 10 ml (10 mg/ml).

Posologie (Adulte et enfant) :

- Induction : 0,8 - 1 mg/kg                                                  (3/4 d’ampoule/75 kg).

- (Intubation : 1 mg/kg.).

- Entretien : Pas d’entretien : dose unique pour un geste précis.

- Toujours précédé d’une prémédication par atropine.

- Diminuer les doses chez le sujet âgé ou dénutri.

Contre-indications :

            Absolue :

- Absence de matériel de ventilation et d'aspiration. +++

- Antécédents connus d’hyperthermie maligne.

- Antécédents connus d’allergie à la succinylcholine.

- Risques d’hyperkaliémie : insuffisance rénale sévère, polytraumatisés, brûlés graves.

- Glaucome et lésion du globe oculaire.

- Antécédents connus de déficit en pseudocholinestérase plasmatique.

            Relatives :

- Myopathie, myasthénie.

Complications :

- Bradycardie vagale : prémédication par atropine surtout chez l’enfant.

- Troubles du rythme liés à l’hyperkaliémie.

- Hyperthermie malique.

- Douleurs musculaires liées aux fasciculations dans les 24 - 48 heures.

- Histaminolibération : du rash cutané au collapsus et au bronchospasme majeur.

Retour liste

Notice suivante